Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Espace ANGLES Atelier d'encadrement

Bienvenue sur le site de l'atelier d'encadrement, Espace ANGLES, à Nieppe. Découvrez nos prestations, nos compétences et l'ensemble de nos animations... Vivant et complet, le site devrait vous apporter toutes les informations dont vous pourriez avoir besoin ! L'atelier vous propose aussi bien d'encadrer tous types de sujets (toiles, dessins, photos, broderies, etc...) que de les restaurer ou de vous présenter à la vente des images et objets en tirages limités.

Poisoned Gnome (Nain Nazi) de Ottmar Hörl... petite explication.

ottmar_horl

 

L'artiste allemand Ottmar Hörl présente l'un des 1 250 nains de son oeuvre.

 

La ville bavaroise de Straubing a été envahie par 1.250 nains de jardins faisant le salut hitlérien, bras droit en l'air, un projet artistique provocateur visant à dénoncer l'extrême droite.

 

L'artiste Ottmar Hörl a déjà présenté ses gnomes en Belgique, en Italie et dans deux galeries d'art allemandes, mais c'est la première fois qu'ils sont exposés en public en Allemagne.

 

"C'est une oeuvre qui vise à pousser les gens à réfléchir et à réagir" contre la poussée de l'extrême droite en Europe, a déclaré à l'AFP l'artiste allemand.

 

En juillet, le parquet de Nuremberg  avait ouvert une enquête pour voir si le fait d'exposer l'une de ces miniatures provocatrices de 40 cm de haut dans une galerie était contraire à la loi allemande.

 

Le salut hitlérien ou tout autre symbole nazi, étant illégaux en Allemagne depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale.

 

Le parquet avait finalement accepté l'argument de l'artiste, qui affirmait ridiculiser les nazis avec son oeuvre, et non faire leur promotion.

 

Retrouvez le "poisoned gnome" en vente à la galerie Anne Valérie Paris de Lille, via le site : http://www.for-art-gallery.fr/detail-edition.php?id=19link ou contactez-nous : 03 28 36 27 99 ou av2p@wanadoo.fr

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article